Giovanni Ceccarelli Trio « Météores »

13.99

Giovanni Ceccarelli Trio

Catégorie :

Description

Sortie le 12 mai 2011
(Sortie digitale le 9 mai 2011)

« Météores » est un voyage musical dans lequel Giovanni Ceccarelli nous fait découvrir une esthétique sonore tout à fait exceptionnelle. Dès les premières notes de l’album, on notera le parfait équilibre que Giovanni Ceccarelli a souhaité respecter avec les amis de toujours qui l’accompagnent et qui composent ce trio d’exception : Ferruccio Spinetti à la contrebasse et le tout aussi talentueux batteur et percussionniste Francesco Petreni.
L’album est composé principalement d’œuvres originales à l’exception de deux grands hommages à la musique brésilienne qui occupe une place déterminante dans les constructions musicales de Giovanni Ceccarelli : « Oceano » (Djavan), « Chega de Saudade » (Jobim/De Moraes) et d’un clin d’œil à Herbie Hancock dans une version assez délirante de « Chameleon » qui conclue l’album, titre sur lequel la guitare « Hendrixienne » d’un Fausto Mesolella en état de grâce est venu se greffer.
Le Jazz de Giovanni Ceccarelli est doux, tendre, amoureux. Tantôt romantique, parfois mélancolique, la musique de Giovanni Ceccarelli nous parle, comme on parle à un ami (« Canzone per Ferruccio »), à son épouse (« Vanessa »), ou à son éternelle maîtresse (« Our Secret »).
« New Day in Kibuye » est un hommage aux survivants du massacre au Rwanda.
L’espace, le ciel sont très présents avec « Météores » qui donnera le titre de ce nouvel album, « I’m Flying » que David Linx a mis en parole et interprété, puis dans « The Ever-Changing Sky » et « Ti Odio » qui évoque le ciel changeant de Paris : « The Ever-Changing Sky », une mélodie à la fois forte et entêtante que l’on retrouvera en clôture de l’album avec le titre « Ti Odio » sur lequel Fausto Mesolella (Avion Travel) est venu poser un texte puissant qu’il récite d’une voix profonde et grave comme seuls les italiens en ont le secret.
« Météores » est décidément un très bel album qui s’écoute du début à la fin, sans en perdre une miette.